Image à contre-jour d'une jeune femme seule.
Source : Gerd Altmann / Pixabay

Quand la souffrance devient trop grande – Prévenir le suicide

Le suicide reste un sujet tabou. Cependant ce n’est pas parce qu’on en parle pas, que cela n’existe pas.

10/02/2020

Les adolescents sont particulièrement touchés par le suicide. Ils ne veulent pas forcément mourir. Mais ils voient entre-temps dans le suicide la seule issue pour cesser de souffrir. Pour la plus grande partie, cette souffrance est vécue dans le silence, d’où l’importance d’en parler.

Chercher de l'aide

Si tu te sens triste et que tu as des pensées négatives, parles-en à une personne de confiance. Il peut s’agir d’un membre de ta famille, un ami, quelqu’un du Service psycho-social et d’accompagnement scolaires ou un enseignant.

Cependant, si tu ne te sens pas à l’aise d’en parler à quelqu’un de ton entourage, tu peux téléphoner à des services d’aide par téléphone ou en ligne :

Ces services sont gratuits et tous les échanges sont traités de manière confidentielle.

Exprimer tes sentiments par des mots peut t’aider à revoir ta situation et à envisager une autre solution. Pareil quand une autre personne te révèle des pensées suicidaires. Prends-la au sérieux, encourage-la d’en parler et conseille-lui de contacter un des services affichés sur le site de Prévention suicide.

Des comportements autodestructeurs répétés comme la scarification sont aussi signe d’une souffrance. Parles-en à quelqu’un de ton entourage ou au Kanner- Jugendtelefon (tél. : 116 111).

Encourager quelqu’un à parler de ses pensées suicidaires peut déjà réduire le risque d’une tentative de suicide. Exprimer ses sentiments par des mots peut aider quelqu’un à revoir sa situation et à trouver d’autres solutions que la mort.

Est-ce que cet article a été utile ?

Autres articles